Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 06:30

Voici une seconde recette pour participer au concours lancé par Le Parfait. Ce concours, dont vous trouverez les modalités ici, consiste à proposer une recette utilisant le procédé de mise en conserve.

Etant particulièrement friande des tartinades, j’ai eu envie de proposer une recette qui s’apparente à un caviar de légumes…


Les ingrédients pour 4 bocaux de 200g Familia Wiss :
 5 tomates
 1 belle courgette
 1 oignon
 2 échalotes
 1
2 olives noires à la grecque
 4 gousses d’ail
4 cuillers à soupe d’huile d’olive
2 cuillers à soupe de sucre roux
 3 feuilles de sauge
1 cuiller à soupe d’herbes de Provence
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1. Emincer les oignons. Couper les tomates et les courgettes en petits morceaux. Peler les gousses d’ail.

2. Dans une casserole, faire chauffer un peu d’huile d’olive et y jeter les oignons. Les faire blondir à feu doux. Lorsque les oignons sont translucides, ajouter le sucre et laisser chauffer à feu doux. Ajouter un peu d’eau, couvrir et laisser cuire une à deux minutes.

3. Ajouter ensuite les courgettes, les tomates, les gousses d’ail entières, la sauge, les herbes de Provence, le sel et le poivre. Bien mélanger. Couvrir à nouveau et laisser chauffer à feu très doux pendant 45 minutes en remuant de temps en temps. Arrêter la cuisson et laisser reposer une heure ou deux. Ajouter les olives dénoyautées. Remettre sur le feu pour une deuxième cuisson d’une demi heure à feu très doux. A l’issue de ce temps, mixer le tout.

4. Verser le confit de légumes dans les bocaux. Il ne faut pas que le niveau de remplissage soit trop haut. Je compte généralement une phalange de mon index depuis le bord du bocal. Déposer l’opercule et visser le couvercle.

5. Placer les bocaux dans un stérilisateur, ou à défaut, dans un autocuiseur et remplir d’eau. Placer un torchon entre les bocaux de sorte à ce que ceux-ci ne s’entrechoquent pas. Il faut que l’eau dépasse largement les couvercles. Laisser cuire 50 minutes à partir du sifflement. Laisser refroidir dans l’eau de cuisson pour éviter le choc thermique.

Délicieux pour l’apéritif, ce confit de légumes peut également accompagner une viande ou un poisson, ou encore sublimer des pâtes ou du riz.

Pour cette tartinade j’ai envie d’opter pour un vin blanc sec. Je propose donc un Tursan blanc. Il s’agit d’un vin originaire des Landes, dont le cépage majoritaire est le Baroque. Il est à la fois nerveux et aromatique.

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 06:30

Voici revenue la saison de la chasse et avec elle, les joies de cuisiner le gibier. Me voici donc lancée dans la réalisation de délicieuses terrines et, par la même occasion, je relève le défi lancé par Le Parfait

Le concours organisé par Le Parfait, et dont vous trouverez les modalités ici, consiste à proposer une recette utilisant le procédé de mise en conserve.


Les ingrédients pour 6 bocaux de 300g (Familia Wiss):
2 faisans entiers
10 abricots secs
3 poignées de pistaches décortiquées
300g de lardons
300g de barde de lard
1 beau brin de romarin
1 beau brin de thym
2 feuilles de laurier effritée
1 cuiller à café de poivre concassé
1 petite cuiller à café de fleur de sel
1 petite cuiller à café de mélange 5 baies concassées
2 œufs
4 biscottes
12cl de lait
1 petit verre de Cognac
1 grosse noix de beurre

Préparation
1. Pour faciliter la préparation des faisans, je propose de les dépecer plutôt que de les plumer. Il s’agit d’opérer une incision dans la peau et de « déshabiller » le volatile. Ce système est bien plus rapide que le plumage et ne change en rien la saveur de la terrine.
Découper et désosser les faisans. Découper des lamelles dans les blancs et les réserver. Mettre le reste de la viande dans le bol du mixeur. Ajouter les lardons, les épices, les aromates, le poivre, le sel, les œufs, les biscottes, le lait, la barde et mixer le tout assez finement.

2. Dans une poêle, faire fondre le beurre et y saisir les lamelles de blanc. Les flamber au Cognac. Réserver.

3. Couper les abricots secs en petits morceaux. Ajouter les abricots et les pistaches à la viande hachée. Préchauffer le four à 150°C et préparer un grand plat large avec de l’eau.

4. Dans le fond des bocaux, verser une première partie du mélange de viandes, de fruits secs et d’épices. Disposer les morceaux de blancs sur le mélange et verser le reste de la viande hachée. Bien tasser. Il ne faut pas que le niveau de remplissage soit trop haut. Je compte généralement une phalange de mon index depuis le bord du bocal. Déposer l’opercule et visser le couvercle.

5. Placer les bocaux dans un stérilisateur, ou à défaut, dans un autocuiseur et remplir d’eau. Placer un torchon entre les bocaux de sorte à ce que ceux-ci ne s’entrechoquent pas. Il faut que l’eau dépasse largement les couvercles. Laisser cuire 50 minutes à partir du sifflement. Laisser refroidir dans l’eau de cuisson pour éviter le choc thermique.

Le mieux est d’attendre un bon mois avant d’ouvrir vos bocaux. Ils n’en seront que meilleurs et les saveurs sublimées.

Un Volnay, Ce vin de Bourgogne issu du cépage Pinot Noir est un vin d’une rare élégance qui siéra à la finesse du gibier. Son fruité et son côté épicé se mariera à merveille aux fruits secs qui agrémentent la terrine.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 06:30

Lorsque l’on est invité chez des amis ou que l’on dîne au restaurant, il est un critère qui, à mon sens, est caractéristique de l’endroit où l’on se trouve et qui en dit long sur l’ensemble de la cuisine, il s’agit du pain. 

Je dois dire que la découverte du pain au moment d’un repas pris en extérieur, suscite toujours une petite excitation chez moi. Le pain sera-t-il blanc ? Aux céréales ? Complet ? Noir ? Sera-t-il moelleux à souhaits avec  une croûte croustillante ? Servi en tranches ou en petites boules ? Parfois il m’arrive d’être déçue par une baguette un peu dure et insipide, ou par un pain blanc industriel. J’aime quand l’originalité prend sa place et surtout quand la corbeille offre le choix.

D’autant qu’aujourd’hui, il n’est pas difficile de servir du bon pain à table. S’il n’est pas rare que l’on fasse son pain soi même, ce qui laisse libre cours à la créativité individuelle, les boulangeries offrent également une palette de variétés de pain de plus en plus large.

Je considère le pain comme un élément d’importance au sein d’un repas. Tout comme un plat, il a bel et bien sa place et apporte même un petit plus, en particulier lorsqu’il est savoureux. C’est pourquoi, lorsque je reçois, j’aime imaginer des pains originaux, ou ceux qui s’accorderont le mieux avec les mets proposés.


Voici de jolis petits pains aux graines en forme de fleur pour un présentation vraiment sympa.


Le marché pour 2 marguerites de petits pains :

200g de farine complète
400g de farine blanche
1/3 de litre d’eau tiède
1 poigné de graines de sésame blond
1 poigné de graines de sésame noir
1 poignée de graines de courge
1 poignée de graines de tournesol
1 poignée de graines de pavot
1 sachet de levure de boulangerie
1 cuiller à café de sel

Préparation

1. Réhydrater la levure dans l’eau tiède. Patienter quelques minutes, le temps qu’une mousse se forme.

2.
Mélanger la farine et le sel et y incorporer la levure réhydratée. Pétrir longuement jusqu’à l’obtention d’un pâton lisse et qui ne colle pas. Laisser reposer 30 minutes.


3.
Modeler de petites boules de 8 à 10cm de diamètre et les disposer sur une plaque recouverte de papier cuisson.


Afin que les petits pains soient attachés les uns aux autres et obtenir une forme de fleur, il est important de les disposer proches les uns des autres sans les coller car si cela compliquerait leur levée. Il convient donc de les placer à 1 cm les uns des autres.


Laisser reposer 1h30 à 2h. Les petits pains doivent à présent avoir doublé de volume et être attachés les uns aux autres. Quelques minutes avant de les passer au four, préchauffer le four à 250°C.


4.
Badigeonner généreusement d’eau et disposer les graines sur le dessus des petits pains, selon le résultat souhaité. Placer au four un petit ramequin rempli d’eau à mi hauteur. Faire cuire 5 minutes à 250°C, puis baisser à 180°C et laisser cuire encore 15 minutes.


Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 06:30

Ces petites pizzas sont toujours une excellente idée pour l’apéritif, en particulier si on propose différentes garnitures, pour varier les plaisirs.

Ma petite astuce est d’en préparer un grande quantité et d’en congeler une partie. Si un apéritif pointe sont nez, je les sort et les passe directement au four à 200°C pendant une vingtaine de minutes…


Les ingrédients pour 6 personnes:
 1 boule de pâte à pizza
 4 cuillers à soupe de sauce tomate pour pizza mixée
 125g de mozzarella
 50g de lardons fumés
50g de Parmesan râpé
50g de fromage râpé
1 petit crottin de Chavignol
4 filets d’anchois marinés
1 poignée d’olives noires dénoyautées
50g de pignons de pin
1 poignée de cerneaux de noix
 1 cuiller à café de basilic ciselé
 1 cuiller à café d’origan
 1 cuiller à café d’herbes de Provence

Préparation
Etaler la pâte à pizza très finement. A l’aide d’un petit emporte pièce rond d’un diamètre de 5 à 7 cm, détacher des petits ronds de pâte et les déposer sur une plaque recouverte de papier aluminium.

Mini pizzas aux anchois
Etaler la sauce sur chaque petit rond de pâte.
Disposer un petit morceau de filet d’anchois mariné, parsemer de Parmesan, ainsi que d’herbes de Provence

Mini pizzas aux olives
Etaler la sauce sur chaque petit rond de pâte.
Disposer un petit morceau de mozzarella, une toute petite pincée de fromage râpé, une demi olive et parsemer d’origan.

Mini pizzas tomates basilic et pignons
Etaler la sauce sur chaque petit rond de pâte.
Disposer un petit morceau de mozzarella, un peu de basilic et quelques pignons.

Mini pizzas Lardons, chèvre et noix
Disposer un petit morceau de mozzarella, un petit morceau de chèvre, un ou deux lardons, un cerneau de noix et  parsemer d’herbes de Provence.

Préchauffer le four à 250°C pendant 5 minutes puis faire cuire les minis pizzas 5 à 7 minutes.

 

Nous sommes à l’apéritif alors optons pour un rosé, et pourquoi pas un rosé originaire de Bourgogne ? Je propose un Marsannay rosé, produit à partir du cépage Pinot Noir. 

 

 

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 06:30

Pour ce grand classique du Sud, chacun y va de sa recette, et de sa touche personnelle, qu’elle provienne d’une grand-mère fine cuisinière aux secrets bien gardés, ou d’un inspiration soudaine.
E
t puis, chacun a sa préférence. Certains aimeront que les légumes soient bien croquants, d’autres bien cuits et baignant dans beaucoup de jus de cuisson…

Pour ma part, je l’aime sous plusieurs formes. Croquante le premier jour, puis fondante, et enfin confite. Lorsque je cuisine ma ratatouille, j’en prépare toujours beaucoup, afin qu’il en reste pour les lendemain, et le surlendemain, mais surtout pour la mettre en bocaux, pour les jours de grand froid où le soleil se fait désirer.


Les ingrédients pour 6 personnes + 2 grands bocaux:
 3 courgettes
 2 aubergines
 8 tomates
 2 poivrons rouges
 2 poivrons jaunes
 1 poivron vert
 2 poivrons rouges
 3 oignons
 1 tête d’ail
 3 feuilles de laurier
 1 bonne cuiller à soupe d’herbes de Provence
 2 cuillers à soupe de sucre roux
4 cuillers à soupe d’huile d’olive
 1 trait de vin blanc
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1. Emincer l’oignon et couper l’ensemble des légumes en dés de même taille.

2. Dans un grand fait tout, faire dorer l’oignon avec un peu d’huile d’olive, ajouter le vin blanc et le sucre roux, remuer vivement et couvrir une à deux minutes. Ajouter les aubergines avec un peu d’huile d’olive. Mélanger vivement. Au besoin, ajouter un peu d’eau. Couvrir et laisser cuire 5 minutes.

3. Ajouter le reste des légumes et mélanger l’ensemble. Ajouter les aromates, le sel et le poivre et laisser cuire à couvert, à feu très doux pendant une bonne demi heure.

On pourra tout à fait laisser cuire plus longtemps selon les préférences. J’aime aussi recuire ma ratatouille le lendemain pour la faire confire. C’est un véritable délice !

Pour mettre la ratatouille en conserve
Bien laver les bocaux et les plonger dans de l’eau bouillante. Les égoutter.
Verser la ratatouille dans les bocaux en prenant soin de ne pas trop les remplir. Il faut que le niveau soit à 3cm du bord du bocal.
Placer les bocaux dans un autocuiseur et disposer un torchon propre entre eux de sorte à ce qu’ils ne s’entrechoquent pas. Remplir d’eau. Il faut que l’eau immerge totalement les bocaux. Laisser cuire 50 minutes à partir du sifflement.
Laisser refroidir les bocaux dans l’eau pour éviter les chocs thermiques.


Certains opteraient pour un rouge, d’autres pour un blanc, j’en soupçonne même de préférer un rosé. J’avoue qu’à mon sens, il conviendra d’adapter le vin, selon que cette ratatouille accompagnera une viande ou un poisson.
En guise de plat complet, je pencherais peut être pour un Costières de Nîmes blanc. Généreux et vif, il saura être le bon compagnon de ce plat méditerranéen.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 06:30

Voici encore un délicieux dessert aux prunes de saison. Je me précipite pour cuisiner toutes ces variétés de prunes savoureuses avant d’entrer dans la longue attente jusqu’à l’été prochain…

J’ai longuement hésité à nommer ce dessert « gâteau LEGER aux Quetsches » mais je n’ai pas voulu risquer de me faire traiter de menteuse. En effet, si je l’ai finalement appelé « aérien, c’est parce que ce gâteau a une consistance particulièrement légère. Un vrai bonheur. Il vrai qu’il contient du beurre, et qu’il n’est donc pas « léger » au sens où les diététiciens l’entendent, mais je dirais que c’est peut être cela qui le rend incomparable. A vous de voir…


Les ingrédients pour 6 à 8 personnes:
 20 quetsches
 80g de beurre salé
 100g de sucre
 3 sachets de sucre vanillé
 80g de farine
 125g de poudre d’amandes
 3 oeufs
 1 sachet de levure chimique

Préparation
1. Laver, dénoyauter et couper les quetsches en quartiers.

2. Dans une jatte, faire fondre le beurre et y ajouter les sucres, la farine, la poudre d’amandes, la levure. Bien mélanger le tout. Ajouter les œufs et battre jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse et homogène.

3. Préchauffer le four à 180°C. Beurrer le fond d’un plat à gratin et y disposer les quartiers de quetsches les uns à côté des autres en les serrant. Verser la pâte précédemment obtenue sur les prunes.

4. Placer au four et laisser cuire une quarantaine de minutes.


Je pense qu’un blanc sec serait un choix possible pour ce gâteau. Peut être un Pinot d’Alsace, il allie fraîcheur et caractère suave et respectera les arômes des prunes et de l’amande par sa douceur.
Un autre choix peut s’orienter vers une eau de vie de prune.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 06:30

Chaque année, à la belle saison, je fais le plein de légumes dodus, savoureux, brillants et colorés, mais quand l’automne pointe son nez, l’idée de savoir qu’il faudra attendre l’été suivant pour profiter de ces délices me rend nostalgique. Pour retenir un petit bout de ces saveurs estivales, mon astuce est de faire des conserves de légumes grillés, que je ressors lorsque l’envie d’ensoleiller ma cuisine me prend.

Cette recette express, très simple met en valeur les couleurs chatoyantes et les parfums délicieux de ces beaux légumes et la pointe de chèvre vient apporter de la fraîcheur à l’ensemble.


Les ingrédients pour 4 personnes:
 6 feuilles de brick
 8 bonnes cuillers à soupe de légumes grillés
 4 cuillers à soupe de fromage de chèvre frais à température ambiante
 1 cuiller à soupe de crème fraîche
4 cuillers à soupe de pignons de pin
1 cuiller à soupe d’herbes de Provence
1 cuiller à soupe d’huile d’olive
½ cuiller à café de mélange de poivres au moulin
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1. Dans une poêle, faire griller les pignons de pin à sec.

Cette opération prendra 1 minute environ. Attention à ne pas les laisser brûler. Par ailleurs, à la fin de la cuisson, il convient de les retirer aussitôt de la poêle car les sournois continuent à cuire…

2. Couper deux feuilles de brick en deux et plier les morceaux de sorte à obtenir des carrés de 10 à 12 cm de côté environ.

3. Préparer les bricks comme ceci :
Sur une feuille de brick entière, placer un des carrés obtenus précédemment.
Le carré évite que la feuille de brick ne s’imbibe trop vite de l’eau des légumes et ne casse.
Au centre du carré, poser deux cuillers à soupe de légumes grillés et ajouter au centre une cuiller à soupe de chèvre frais en le faisant pénétrer au cœur des légumes. Additionner d’un peu de crème. Saupoudrer de pignons de pin grillés. Ajouter un peu d’herbes de Provence, saler et poivrer.

4. Faire chauffer la poêle à feu doux. Ajouter un peu d’huile d’olive et disposer une feuille de brick précédemment préparée et la refermer pour obtenir un rectangle. Faire cuire 3 minutes sur ce premier côté, puis retourner la brick et laisser encore cuire 2 minutes.
Servir aussitôt.


Pour ce plat estival, je choisis un vin blanc sec du Sud Est, un Cassis dont le cépage principal est la Marsanne. C’est un vin fruité et rond dont la palette d’arômes est large et complexe.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 06:30

Mon blog n'a pas attrapé son nom par hasard. J’aime le principe des tartines. Le plus souvent, elles peuvent constituer un apéritif original, comme un repas complet, et pour la plupart, elles ont l’avantage d’être prêtes en quelques minutes.

Par ailleurs, en tant qu’adepte de la cuisine créative du placard, je dois dire que les tartines en sont l’archétype. Une tranche de pain, un coup d’œil dans le fond des placards et dans les recoins du réfrigérateur, et voici un repas digne de ce nom pour un dimanche soir flemmard…
Outre la cuisine des gens pressés et affamés, les tartines, peuvent aussi se révéler jolies, colorées et même chic parfois.

Voici de jolies petites tartines délicieuses et colorées, aux douces saveurs méditerranéennes, pour se rappeler comme l’été était bon...

Les ingrédients pour 4 tartines :
4 tranches de pain aux céréales
16 tomates cerises, idéalement 8 jaunes et 8 rouges pour des tartines aux jolies couleurs
150g de Feta coupée en dés
1 petit verre de vinaigre balsamique
1 cuiller à café de sucre roux
1 gousse d’ail
1 cuiller à soupe d’huile d’olive
Quelques feuilles de basilic
Moulin 4 baies
1 pincée de poivre du moulin
1 pincée de fleur de sel

Préparation
1. Faire griller les tranches de pain aux céréales et les frotter avec la gousse d’ail. Les asperger d’un spray d’huile d’olive, ou de quelques gouttes. Disposer dessus quelques feuilles de basilic que vous aurez préalablement coupées en deux ou trois pour que la saveur s’exprime davantage. Ajouter un peu de moulin 4 baies.

2.
Dans une poêle, faire réduire le vinaigre balsamique avec le sucre roux. Lorsqu’il commence à épaissir légèrement, y jeter les tomates cerise. Maintenir à feu doux 1 à 2 minutes en les faisant cuire de tous côtés. Ajouter ensuite la Feta et laisser encore sur le feu pendant 1 à 2 minutes. Ne pas laisser caraméliser.

3.
Disposer les tomates et les dés de Feta sur les tranches et napper d’un peu du reste de sauce au vinaigre balsamique. C’est prêt !

Un vin rosé sec me semble à propos sur ces tartines. Je propose un Bandol rosé (vin de Provence)

Ou alors, pourquoi ne pas rappeler les notes sucrées du vinaigre balsamique en optant pour un rosé demi sec, tel un Cabernet d’Anjou ?

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 06:30

Profitons de la saison des prunes et en particulier des Reines-claudes tant qu’il est encore temps. Si ces jolies prunes vertes sont vraiment délicieuses natures, sans artifices, elles valent tout aussi bien la peine d’être déclinées sous différentes formes. 

Voici un grand classique, revisité pour l’occasion, qui ne manque pas de faire son effet. Additionnées d’un peu de cassonade pour que se forme un délicieux caramel, ces Reines-claudes sont sublimées.


Les ingrédients pour 4 personnes:
 1 pâte feuilletée
 600g de prunes Reines-claudes
 50g de poudre d’amandes
 50g d’amandes concassées ou effilées
 70g de cassonade ou de sucre roux
 50g de beurre salé
 1 sachet de sucre vanillé

Préparation
1. Laver et couper les prunes en deux. Les dénoyauter.

2. Saupoudrer le fond d’un plat à tarte avec la cassonade, la moitié de la poudre d’amandes, la moitié des amandes concassées et le sucre vanillé. Ajouter le beurre en parcelles. Disposer les prunes sur ce fond, côté bombé en dessous. Préchauffer le four à 180°C.

3. Sur les prunes, saupoudrer le reste de la poudre d’amandes et des amandes concassées. Disposer la pâte feuilletée sur les prunes et ajuster les bords. Exercer une légère pression pour faire adhérer la pâte aux prunes.

4. Placer au four et laisser cuire 30 à 40 minutes. Sortir du four, laisser reposer 10 minutes, puis, retourner la tarte sur un plat.

On peut servir cette tarte avec un peu de crème chantilly ou une crème à la vanille.

Une eau de vie de Prune.

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 06:30

Laurier a toujours été un excellent public pour ma cuisine. C’est d’ailleurs grâce à cela que ma frénésie ne cesse de s’accroître et que je m’amuse à réaliser toutes sortes de plats. 

S’il arrive parfois que certaines de mes propositions culinaires ne l’enchantent pas, il a toujours une remarque constructive. C’est particulièrement appréciable. Pour le reste, il a plutôt tendance à classer par ordre de préférence des différents mets que je m’emploie à préparer. Il a même une liste « SA Liste » comme il la nomme.

Cette liste, il faut dire qu’elle a tendance à être très restrictive et, à ce jour, n’est pas bien longue. Alors imaginez comme je suis comblée, lorsque devant son assiette, Laurier lève les yeux et la mine illuminée de satisfaction gourmande, il m’annonce « Ca, tu peux le mettre sur ma liste ! »

Ce fut le cas de cette tarte née d’un demi camembert, de quelques tomates très mûres et très parfumées et du reste d’une des courgettes géantes récemment reçue. Il faut dire que l’association est surprenante et très savoureuse. A essayer absolument !


 

Les ingrédients pour 4 personnes:
 1 rouleau de pâte feuilletée
 ½ camembert
 4 tomates bien mûres
 1 courgette
 1 petite boite de concentré de tomates
 2 cuillers à soupe de fromage frais (type Saint Morêt)
 1 cuiller à soupe de moutarde
 1 cuiller à soupe de moutarde à l’ancienne
 1 petit oignon émincé finement
 2 gousses d’ail écrasées
2 cuillers à soupe de thym citron frais ciselé
½ cuiller à café de mélange de poivres concassés
½ cuiller à café de fleur de sel

Préparation
1.
Faire précuire la pâte feuilletée dans un moule à tarte.


2.
Sur le fond de tarte, étaler le fromage frais, puis la moutarde, puis le concentré de tomates. Sur le concentré de tomates, saupoudrer un peu de sel, de poivre et de thym citron. Parsemer d’oignon émincé et d’ail écrasé.


3.
Couper la moitié de la courgette en rondelles très fines, et l’autre moitié en petits bâtons comme pour une julienne. Couper également les tomates en rondelles. Couper le camembert en tranches fines. Sur la tarte, ajouter une couche de rondelles de courgettes, puis quelques tranches de camembert, puis les tomates, puis le reste des courgettes et enfin, le reste du camembert. Parsemer le tout du reste de thym citron.


4.
Placer au four une trentaine de minutes à 160°C.

 


Pour cette tarte aux saveurs insolites, je choisis un vin rouge par trop tannique mais qui toutefois se tienne. Optons pour un Côtes du Ventoux, Vallée du Rhône, issu principalement du cépage Grenache et est souvent associé à d’autres cépages locaux. L’assemblage final donne des vins fins, souples et assez épicés.

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article