Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 08:00

Le Pain Moelleux au Fenouil

J’avais découvert ce pain lors d’un déplacement en Suède et j’avais été conquise par ce moelleux, ce goût de fenouil, et cette petite note sucrée. Je l’ai plus tard retrouvé chez Ikea en flânant dans l’épicerie en quête de Daim pour mon mari… J’ai trouvé une recette sur Marmiton mais le premier essai n’a pas été à la hauteur de mes attentes, j’ai donc adapté la recette à ma façon, notamment en ajoutant du miel et le résultat est tout à fait positif !
Pour une dizaine de pains :
500g de farine
20cl de lait
1 cuiller à soupe de crème épaisse
1 cuiller à soupe de miel
1 cuiller à café de sucre
1 sachet de levure du boulanger
10g de graines de fenouil
Sel

Faire fondre le miel et le sucre avec le lait. Ma technique consiste à mettre le lait, le miel et le sucre ensemble dans un grand bol au micro ondes. Mélanger l’ensemble des ingrédients et pétrir. Laisser lever 1h.

Etaler la pâte très finement et la piquer à l’aide d’une fourchette.

Faire cuire à la poêle préchauffée 1 minute de chaque côté.

Maintenant qu’ils sont faits, je vais pouvoir faire des petits sandwiches comme en Suède, dont les recettes ne tarderont pas à venir…

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 06:58

Les courgettes sont belles en ce moment, alors j’aime les cuisiner de toutes le façons possibles et imaginables. Pour cette recette, j’ai eu envie de marier la courgette avec de la Tomme de Savoie et de la poitrine fumée. Le résultat est épatant. 

Les ingrédients qu’il vous faut pour 2 feuilletés :
- 2 belles courgettes
- 150 à 200g de Tomme de Savoie
- 4 tranches de poitrine fumée
- 4 feuilles de brick
- 1 échalote
- 2 gousses d’ail
- 2 ou 3 brins de thym citron
- 1 cuiller à soupe de crème fraîche épaisse
- 2 œufs
- de la fleur de sel
- du poivre

Préparer la purée de courgettes
Dans une casserole, faire chauffer un peu d’huile d’olive et y ajouter les courgettes détaillées en petits dés, les gousses d’ail coupées et deux ou trois brins de thym citron. Mouiller d’un peu d’eau et faire cuire jusqu’à l’obtention d’une sorte de compote. Mixer finement ce mélange et le laisser refroidir. Ajouter 2 œufs et 1 cuiller à soupe de crème, saler et poivrer et mixer à nouveau.

Préparer les feuilletés
M
ettre deux feuilles de brick l’une sur l’autre et badigeonner d’un peu d’huile d’olive. Déposer deux tranches de poitrine fumée dans toute la longueur. Verser la purée de courgettes sur un côté des bricks. Ajouter généreusement de la Tomme coupée en morceaux. Rouler les bricks. On peut les badigeonner de jaune d’œuf dilué dans l’eau pour qu’ils soient dorés. 

Enfourner ½ heure à 160°C.

Un Touraine blanc

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 13:53

Le week end dernier, Laurier et moi-même avons fait une petite escapade en Anjou avec notre ami Pierre-Yves qui travaille comme directeur technique dans une cave viticole locale. 

Première étape vendredi soir à Ancenis, jolie petite ville située à une quarantaine de kilomètres à l’Est d’Angers. Pour commencer notre week end en beauté, nous avons dîné dans un charmant petit restaurant sur les bords de Loire : « La Table du Pêcheur ».
 


Que boit-on ?
Avec ces chaleurs, un petit rafraîchissement est le bienvenu et le patron, très sympathique,  nous suggère un verre de Coteaux d’Ancenis, Domaine des Galloires, issu du cépage Malvoisie ou Pinot Gris, millésime 2007. Il s’agit d’un VDQS, c'est-à-dire Vin Délimité de Qualité Supérieure, qui correspond au « grade » en dessous de l’AOC, Appellation d’Origine Contrôlée).
Faisons donc honneur à la ville qui nous accueille pour la soirée et optons pour ce Coteaux d’Ancenis qui est un vin blanc moelleux. Au nez il présente des arômes de melon jaune, de fleurs blanches et de fruits exotiques. En bouche il est très légèrement perlant, il exprime le sucre d’orge avec un côté gourmand et croquant. Du gras et de la rondeur. Joli vin. 

J’attendais avec impatience ce séjour en Anjou, pour découvrir de nouveaux vins issus du cépage Chenin Blanc, que j’apprécie particulièrement. C’est pourquoi pour accompagner le dîner, nous avons choisi un Anjou blanc, Chauvigné, Domaine Richou 2005.
Le vin offre un nez de pierre à fusil, avec un côté miel d’acacias, d’abricot sec. Très minéral en bouche, il présente un côté très légèrement oxydatif accompagné par des notes de pousses de bambou, de pain d’épices, de bois vert, d’aromates frais tels que l’aneth et la menthe. Un vin vif et équilibré, très Chenin Blanc, tout pour me plaire !

Que mange-t-on ?
Un plateau de fruits de mer ! 


Le verdict
Très positif.
Au risque de paraître un peu frappée, je dois avouer que l’un de mes critères pour noter la qualité d’un restaurant dans son ensemble est l’état des toilettes. Eh oui ! C’est très important. Et là, je dois dire que c’était plus qu’impeccable. Très bien équipées, et joliment décorées, sans lourdeur ni faute de goût, ces toilettes étaient extrêmement propres. Un vrai bonheur !
Deuxième critère d’ordre plus gastronomique, le pain. Là aussi, un sans faute. Délicieusement croustillant avec une mie moelleuse mais dense.
Nous avions tous commandé des fruits de mer donc il m’est difficile de juger les autres plats, mais les assiettes voisines avaient l’air plus qu’appétissantes… 
Plus combler le tout, le patron nous a gentiment offert une bouteille du Coteaux d’Ancenis donc nous avions pris un verre pour l’apéritif.  Je suis conquise !

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 06:40

Ce délicieux feuilleté fait toujours son petit effet… 

Pour la purée d’asperges :
- 1 pâte feuilletée
- 300g d’asperges blanches
- 200g de crevettes
- 1 filet de cabillaud
- un oignon haché
- 1 gousse d’ail hachée
- le jus d’un citron
- 10cl de vin blanc
- ½ cuiller à soupe de moutarde  l’ancienne
- ½ cuiller à soupe de moutarde fine
- 15g de beurre
- 1 cuiller à soupe de farine
- 30 cl de lait
- Herbes de Provence
- 2 cuillers à soupe de fromage blanc
- Huile d’olive
- Sel
- Poivre

Pour le feuilleté
 :
- 1 rouleau de pâte feuilletée
- 1 jaune d'oeuf dilué dans un tout petit peu d'eau

Dans une casserole, faire cuire les asperges coupées en morceaux. 

Faire une béchamel en faisant fondre le beurre dans une casserole. Y ajouter la farine et allonger avec le lait. 

Faire revenir l’oignon et la gousse d’ail hachés dans une sauteuse avec un peu d’huile d’olive. Ajouter les herbes de Provence. Laisser rissoler une ou deux minutes puis ajouter le jus de citron. Remuer. Ajouter le vin blanc. Ajouter les asperges, les crevettes et le poisson en morceaux. Arrêter la cuisson et ajouter la béchamel, la moutarde, ainsi que le fromage blanc. Saler poivrer et laisser refroidir. 

Couper la pâte feuilletée en quatre. Déposer un peu de mélange refroidi sur deux des quatre morceaux. Refermer avec les autres morceaux de pâte feuilletée. Badigeonner les feuilletés de jaune d'oeuf.

Passer au four 25 minutes à 180°C.

 

Une variante que j’aime aussi beaucoup : remplacer les crevettes et le poisson par du saumon fumé ou frais.

Pour ce feuilleté, j’ai choisi un Savennières, dont le cépage est le Chenin Blanc. Un vin racé, avec des notes minérales, de fleurs blanches et de noisette.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 19:31

Je ne savais pas quoi faire du pain de mie sorti de son sachet et un peu séché, et puis je me suis dit que si un pudding était bon sucré, pourquoi pas salé ?
J’ai donc fait tremper le pain de mie (4 tranches) coupé en morceaux dans du lait et 2 oeufs battus. 

J’y ai ajouté un peu de coulis de tomates, des tomates en morceaux, 8 feuilles de basilic ciselées, 1 poignée de pignons, 3 cuillers à soupe de fromage râpé, de l’huile d’olive, du sel et du poivre.

J
’ai versé le tout dans un plat à gratin et fait cuire 45 minutes à four moyen.  

Un Coteaux du Languedoc

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 11:14

Qui n’a jamais expérimenté le grand moment de solitude dans le rayon vin d’un supermarché ? C’est bien simple,  face à une bouteille inconnue, on ne sait jamais vraiment sur quoi on peut tomber ; même son prix n’est plus vraiment un indicateur de qualité. 
Alors quel bohneur lorsque l'on tombe vraiment bien, et que le contenu de la bouteille nous a tant séduit que l'on coure se réapprovisionner. Je ne connais personne qui ne vive pas comme une petite victoire, la découverte d’un vin bien sous tout rapports … qualité/ prix. Quelle satisfaction d’avoir une -ou plusieurs- adresse de référence, que l’on connaît, que l’on aime, à laquelle on est fidèle et dont on parle autour de nous -non sans notre petite fierté.

 

Le Château Saint-Ahon fait partie de ma petite liste de références. Pour la petite histoire, mon frère Cyrille, qui est moins familier avec l’univers du vin, l’avait lui-même découvert de son côté et m’en avait fait un commentaire enthousiaste avant que je ne lui dise que moi aussi, je connaissais… Les grands esprits se rencontrent ! 

Dans mon échelle de références vin, Saint-Ahon fait partie de cette catégorie de vin élégants, raffinés, que l’on est heureux de servir lorsque l’on reçoit  ou d’apporter chez des amis à l’occasion d’un dîner, et qui toutefois restent dans des prix tout à fait raisonnables et abordables. Le bon filon en somme. (pour donner un ordre d’idée, le 2005 est à 11, 95€ la bouteille)
 

Pour situer…

Le Château Saint-Ahon est un Cru Bourgeois. D’appellation Haut-Médoc, la propriété est située sur la commune de Blanquefort. Il appartient à la famille Courcel. 
 

Quelques mots sur la production
Avec quelques trente hectares de vignes, le Château Saint-Ahon produit un vin dont l’assemblage est composé en majorité de Cabernet Sauvignon et complété par du Merlot, du Cabernet Franc et du Petit Verdot.
Le vin est élevé 12 mois en barriques de chênes à 20% neuves.

Commentaires de dégustation

Château Saint-Ahon 1990
J’ai dernièrement eu la chance de déguster ce beau millésime grâce à Paulin Escouboué, le maître de chai du château.

Jolie robe aux reflets tuilés, orangés. Nez de fruits cuits, de fruits bien mûrs, délicatement boisé. En bouche il est créée la surprise par sa fraîcheur (à l’aveugle j’aurais pensé qu’il s’agissait d’un 1995). Il reste vif pour son âge. Il présente des fruits rouges frais, une note fumée et un côté fruits confits et abricot sec en fin de bouche. Belle longueur. Très beau vin. 

Château Saint-Ahon 2001

C’est le premier millésime de Saint-Ahon que j’ai goûté et c’est l’un des mes préférés. Je le trouve même supérieur au 2000.

Nez de fruits noirs. En bouche il est plutôt souple et présente des arômes de fruits noirs et d’épices. Longueur suave avec du bois très discret.


Château Saint-Ahon 2005

Une belle réussite pour ce millésime exceptionnel.

Belle complexité aromatique avec des fruits mûrs, du chocolat et des arômes de torréfaction. Je trouve que pour ce millésime, on monte en grade au niveau intensité.

Les tanins sont encore un peu vifs, quelques années de garde leur permettront de bien s’intégrer et de s’assouplir. 

Mirabel - Le rosé de Château Saint-Ahon 2007

Un rosé issu exclusivement de Cabernet Sauvignon.

Un vin sur le fruit, fraise et framboise. Franc,  simple et bien fait, il est très agréable.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 06:23

Oui, je l’avoue, j’ai récidivé. J’ai encore acheté des poivrons ! Mais en cette saison ils sont tellement bons, tellement appétissants qu’il serait dommage de s’en priver !

Voici une petite entrée improvisée, juste par envie de fraîcheur et de croquant…

Choisir un beau poivron rouge et le couper en lanières assez larges.

Préparer un mélange de chèvre frais, de fromage frais et d’aneth et y verser la moitié d’une boîte de thon. Saler et poivrer. Garnir les lanières de poivrons avec ce mélange.

Couper quelques rondelles d’un concombre et détailler des petits triangles qui viendront finaliser les languettes.

Réserver au frais jusqu’au moment de servir.

Ces languettes peuvent aussi faire office d'amuse bouche...

Un Côtes de Duras, blanc sec issu des cépages Sauvignon Blanc et Sémillon.

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 10:58

Hier soir, nous avons retrouvé notre ami Boris à la Winery -dont j’avais déjà parlé ici. Mais cette fois ce n’était pas à Arsac mais sur les quais de notre belle ville de Bordeaux. 

En effet, Anne, de Papilles et Pupilles nous en parlait hier, c’est aujourd’hui que se lance la fête du vin à Bordeaux. En parallèle, Bordo Mundo, une promenade de stands de restaurants et bars à vin sur les quais au niveau de la place des Quinconces, a débuté depuis vendredi dernier (20 juin) déjà.

Nous nous sommes donc retrouvés sur les quais avec une vue imprenable sur le Pont de Pierre pour une délicieuse séance dégustation.  

La dégustation avait des allures internationales car parmi les vins dégustés, beaucoup étaient étrangers. Parfait pour sortir de notre chauvinisme oenophile… Voici les 3 vins qui m’ont séduit :

Mon coup de cœur pour un Toscan
En tête de liste dans ma notation des vins étrangers dégustés hier soir, le Villa Antinori, Toscane 2003. Cépage Sangiovese.
Nez surprenant de fleurs, de fruits légèrement confiturés. En bouche, on retrouve le fruit acidulé typique des vins italiens. Notes de compote de prunes, un côté légèrement boisé, du croquant et du velouté, très belle longueur.

L’Italie a du bon !
Ce Rosso di Montalcino 2004, produit par la maison Conti Costanti, est issu du cépage Brunello.
Nez miellé, fruité. En bouche ce sont les fruits rouges frais qui dominent, accompagnés par le bonbon acidulé et la Bergamote. Bon équilibre et jolie fraîcheur. Petites notes de thym et de romarin qui ne sont pas pour me déplaire. Un ensemble très plaisant.

And the Winner is…
Château Branne-Cantenac 2001, 2ème Cru Classé à Margaux. Assemblage Cabernet Sauvignon en majorité, Merlot, Cabernet Franc et une pointe de Carmenère.
Une merveille de finesse et d’élégance, tant au nez qu’en bouche. Notes de caramel, de mûres, délicatement boisées. Long, long, long !
A mon sens, ce vin atteindra sa pleine maturité dans deux ou trois ans.  

Et pour se restaurer…

Une fois encore, nous avons eu la chance de goûter aux sympathiques amuses bouches du chef, Olivier Garnier.
 
Thon poêlé aux graines de sésame, fondant et savoureux.
Cake aux olives vertes et lardons dans lequel on jurerait qu’il y a de la vanille !
Gaspacho avec de minuscules dés de fenouil et de courgette.
Petites sardines.
Boudin noir et encore bien d’autres choses délicieuses…
Avec des couverts en bois !

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 07:30

Plus il y a de graines meilleur c’est !  J’ai un faible pour les graines de courges qui sont bien grosses et qui créent la surprise quand on tombe dessus !
 - 200g de farine complète
- 200g de farine blanche
- 30 cl d'eau
- 10g de beurre fondu
- 1 poigné de graines de lin
- 1 poignée de graines de courge
- 1 poignée de graines de tournesol
- 1 poignée de graines de pavot
- 1 poignée de flocons d’avoine
- 1 cuiller à soupe de mélasse
- 1 cuiller à café de sel
- 1 sachet de levure déshydratée

Réhydrater les levures 

Mélanger l'ensemble des ingrédients et pétrir. Mettre le pâton dans un moule et laisser lever pendant 1h30 à 2h. Faire cuire à 180°C pendant 45 minutes.

Je fais deux plaques de ces petits pains au moins une fois par semaine car mon mari en mange des quantité astronomiques, il les appelle « tes petites boules ». Je les congèle et je les sors au fur et à mesure en fonction des besoins…

 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 07:10

Pour changer du traditionnel Croque-madame, j’ai innové en fonction de mes envies et des diverses options qu’offraient mon réfrigérateur et mes placards.

Pour faire
deux croques, il vous faudra :
4 tranches de pain de mie complet, de la moutarde, 2 portions de vache qui rit, 1 tomate, 1 tranche de blanc de poulet ou de dinde, quelques feuilles de basilic, 2 cuillers à soupe de gruyère râpé, un peu d’huile d’olive, du sel et du poivre. 

Sur les tranches de pain, étaler un petit peu de moutarde puis de la vache qui rit. Sur l’une des deux tranches, ajouter deux ou trois rondelles de tomate, des feuilles de basilic, du gruyère râpé et arroser d’huile d’olive. Sur l’autre tranche, ajouter une demi tranche de blanc de poulet. Saler, poivrer et refermer le sandwich. Dans une poêle, faire cuire 2 ou 3 minutes de chaque côté. 

Pendant ce temps, faire bouillir de l’eau et y plonger deux œufs cassés pour les pocher. La cuisson est très rapide, environ 1 minute. Déposer les œufs sur du papier absorbant puis les placer sur les sandwiches cuits. Servir aussitôt.
 

Repost 0
Publié par Jeanne Girardot
commenter cet article